Contenus détaillés

ZOOM 3 : Les révolutions de 1848

Ø Étude de cas 1 : le printemps des peuples
La vague révolutionnaire de 1848 est restée dans les mémoires avec l’expression «le printemps des peuples ». Elle naît de la rencontre de deux situations communes à tous les pays d'Europe : la crise économique qui touche une classe ouvrière de plus en plus nombreuse, et une bourgeoisie en plein essor qui revendique une politique libérale. Depuis Paris, en février 1848, le mouvement révolutionnaire se répand dans toute l'Europe. Même si ces révolutions sont vite réprimées, les nationalismes se sont définitivement enracinés dans l'esprit des peuples européens.

Ø Étude de cas 2 : La Hongrie
La Hongrie se soulève contre l’empire autrichien et un conflit éclate entre les Hongrois et les Croates. Le gouvernement impérial autrichien choisit le camp des Croates et l'empereur (qui n'était que roi en Hongrie) déclara la dissolution de la Diète hongroise, l’état de siège de la Hongrie et la suppression de la Constitution. Les armées autrichiennes envahissent alors la Hongrie. Mais l'État et le peuple Hongrois étaient prêts à résister. Les Autrichiens et les Croates furent bientôt repoussés. Kossuth fit proclamer par la Diète la déchéance des Habsbourg et l'indépendance de la Hongrie en avril 1849. Pour venir à bout des Hongrois, les Autrichiens furent obligés d’accepter l'aide de la Russie de Nicolas Ier, adversaire de toutes les révolutions européennes. En août 1849, les Hongrois cèdent. Ses chefs, du moins ceux qui ne réussirent pas à fuir en Turquie, furent exécutés. La Hongrie devint une province et gouvernée par des fonctionnaires allemands.

 Ø Étude de cas 3 : L'Autriche, un empire multinational : une exception européenne ?
L'Autriche (Österreich) est, vers 1860, l'empire le plus étendu d'Europe : de la Dalmatie (Croatie) au sud à l'Allemagne au nord, de la Lombardie (Italie) à l'ouest à la Moldavie à l'est. Cet empire des Habsbourg était composé par une mosaïque de peuples. Pour  faire face aux revendications libérales des différents peuples de l’empire, le gouvernement autrichien alterna des phases libérales et des phases autoritaires (comme la répression de la révolte de 1845-1849 en Hongrie). 
En 1867, l'empire d'Autriche devint l'Autriche-Hongrie, confédération de deux royaumes autonomes mais ayant le même souverain : la Transleithanie (la grande Hongrie) et la Cisleithanie Cet arrangement (le «Compromis») satisfaisait les désirs des deux principaux peuples (allemands et hongrois) mais exacerbait les aspirations nationales des autres.
L’empire disparaîtra définitivement à l'issue du premier conflit mondial.